Rythmes Sud-Américains

Frapadingos

frapadingos

On y va : Cuba, Argentina, Pérou, Brasil ! » Frapadingos, le dernier projet du doux dingue de la percussion, un frappé des tambours, de toutes tailles. Minino Garay, c’est lui, chef d’orchestre qui dirige à sa main, l’oeil au taquet et le béret vissé sur la tête, un ensemble de percussionnistes. Somme toute, que des cadors raccord avec le natif de Cordoba : deux Cubains, deux Argentins, deux Péruviens, deux Brésiliens, une jungle de rythmes… et de mélodies. Non contents de taper sur les peaux et les bois, tous chantent, appuyés par une guitare et un saxophone complices (deux doigts de poésie dans un monde où ça cogne dru, ça caresse doux aussi). En portugais ou en espagnol, toujours en version originale, ils invoquent les forces célestes, ils convoquent les divinités sacrées, ils évoquent le feu sacré de la musique. Ce folklore qui fait tressauter tout un continent, qui fait trembler la terre, des terreiros du Nordeste aux sommets des Andes. Frapadingos, l’Amérique Latine à la puissance tellurique. Entrez dans la transe !

« La dernière aventure très frappée de Minino Garay, un toqué du tambour qui prend la baguette de chef d’orchestre pour mener douze percussionnistes brésiliens, argentins, cubains et péruviens à travers la jungle des rythmes sud-américains. Du cajon au pandeiro, de la quijada à la conga, ça tape sec, ça chante, aussi, en espagnol et en portugais, autour de l’invocation chaleureuse des esprits andins et autres puissances vaudoues. » Anne Berthod. Télérama

Direction : Minino Garay

Brésil : Jorge Bezerra, Guilherme Alves, Adriano Tenorio…
Pérou : Miguel Ballumbrosio, Rodolfo Munoz, Pedro Bernales…
Cuba : Abraham Mansfarroll, Inor Sotolongo, Coki Saria…
Argentine : Eddy Tomassi, Javier Estrella, Rocco Sedano, Vanesa Garcia…

+ des invités lors de chaque concert : Pajaro Canzani – chant, guitare (Uruguay), Tato Marenco – chant, quena… (Colombie)…