Guitare mandingue, Mali

Kala Jula

Kala_Jula

« Sur Sangoyi, disque ensorceleur, le griot malien Samba Diabaté et le multi-instrumentiste suisse Vincent Zanetti orchestrent une ronde instrumentale aérienne et incroyablement mélodieuse, dans un florilège alerte de cordes (guitares, luth n’goni) et de percussions (calebasse, djembé, tama, dunum…), qui s’entrelacent à la croisée de la tradition mandingue, d’un swing lyrique et des musiques improvisées occidentales. »
Anne Berthod. Télérama.

(Ré)écouter Kala Jula dans l’Afrique en Solo sur France Inter

Sortie du nouvel album « Mandé Kulu » avec Hélène Labarrière et Jacky Molard mars 2017 chez Buda Musique

Brillant ambassadeur de la tradition musicale des griots du Mali, Samba Diabaté fait partie des guitaristes les plus appréciés de Bamako. Son jeu se distingue autant par sa richesse rythmique que par son sens lumineux de la mélodie. De Toumani Diabaté à Cheick Tidiane Seck, les plus prestigieux ambassadeurs contemporains des musiques mandingues font appel à lui.
Multi-instrumentiste, compositeur et producteur, spécialiste des traditions musicales d’Afrique de l’Ouest et de l’accompagnement de la danse, Vincent Zanetti est un des rares maîtres blancs du tambour djembé et des rythmes mandingues. Acteur important des musiques du monde en Suisse, il est également donso,
membre de la vénérable et séculaire confrérie initiatique des chasseurs du Mandé, au Mali. Au sein de Kala Jula, il est le porteur de parole, conteur ou griot selon les contextes.

Sans cesse en mouvement entre l’Afrique de l’Ouest et l’Europe, les deux artistes créent Kala Jula en 2011. Essentiellement instrumentale et acoustique, leur musique est profondément enracinée à la fois dans les traditions mandingues, le blues et le jazz. Entièrement dédié à des compositions originales, leur répertoire a déjà fait l’objet de trois CDs, tous publiés par le label parisien Buda Musique, et de plusieurs séries de concerts en Suisse, au Mali, en France, en Belgique et en Israël. Un nouvel opus – « Mande Kulu », littéralement « la montagne du Mandé » – sortira à la fin mars 2017 et sera présenté pour la première fois en concert le 1er avril à l’affiche du Cully Jazz Festival, en Suisse.
A la manière des veillées de griots mandingues, le spectacle de Kala Jula relève à la fois du concert, du conte et de l’épopée, mais si la parole y est toujours portée par la musique, le plus souvent ce sont les instruments qui parlent. Entre rêve, mythe et légende, ils évoquent des personnages réels ou légendaires, discrets ou héroïques, djinns ou humains, et peignent des paysages rêvés. On voyage alors des rives du majestueux fleuve Djoliba aux vagues menaçantes de l’océan, de la brousse au désert, en passant par les falaises rouges du Mandé.