Portugal, Fado

Katia Guerreiro

katiaSempre1

« Fabuleux fado » Le Monde
« Katia Guerreiro, l’ambassadrice du fado » France 24
« Le fado enchanteur de Katia Guerreiro » l’Express
« Katia Guerreiro, une des plus belles voix du monde » Vibrations

Nouvel album « SEMPRE » – Sortie le 01 Février 2019

Culturebox – « Katia Guerreiro l’incarnation splendide du fado » En concert au Trianon le 24 Mars !

Depuis le succès de l’album Fado Maior qui la révéla aux oreilles du monde entier, Katia Guerreiro incarne mieux que tout autre la voie originelle du fado, le cercle des rigoureux amateurs l’ayant adoubée, jusqu’à la comparer à l’incomparable Amalia Rodrigues. Mais plus que la lettre, c’est l’esprit qu’elle a retenu de cette référence majuscule : une spiritualité à chaque ligne, d’une phrase exacerbée à des confidences chuchotées, des textes ancrés dans cette tradition, des histoires d’amour qui finissent mal, ces maux bleus qui raisonnent du plus subtil écho. Ceux de l’intranquille Fernando Pessoa, du plus contemporain António Lobo Antunes, deux des poètes lisboètes qu’elle a visités. Les yeux fermés, les mains nouées derrière le dos, Katia Guerreiro en offre pourtant une version qui transcende les clichés du genre, osant même ouvrir les horizons en conviant des artistes tels que le sambiste Martinho Da Vila et la diva Amina Alaoui. La saudade brésilienne comme le tarab marocain rappelle le destin tragique du fado, sujet à de longs blues atemporels. Tous ne font que d’autant mieux souligner son talent, une technique sans faille mais une corde sensible, sur un fil, au bord du précipice, un drame intime qui renvoie à l’universel, des éclats d’âme qui font chavirer cœurs et corps.

« De toutes les fadistas de la nouvelle génération Katia Guerreiro est la plus poignante. Lorsqu’elle cesse de soulager de son chant profond les âmes blessées, elle part soigner les corps meurtris dans un hôpital de Lisbonne ou elle est employée comme médecin urgentiste. Elle tourne à travers le monde ou son fado proche du sublime ne manque pas de déclencher les passions, mais ne peut se résoudre à arrêter l’exercice de la médecine. En refusant la logique des paillettes et la fatalité de la souffrance, Katia échappe ainsi au risque d’affadissement et aborde son art par le versant le plus exigeant pour le grand bonheur de ceux qui l’écoutent. » Benjamin Minimum, Mondomix

Toujours ! (Sempre) Le nom du nouvel album de Katia Guerreiro sonne comme une profession de foi à ce qu’il y a d’éternel dans le fado. Cette expression de l’âme profonde du peuple portugais, qui reflète avec la même ferveur ses joies et ses douleurs. Le fado d’hier et de demain, que depuis les tous débuts de sa carrière, il y a près de vingt ans, Katia Guerreiro aborde sans artifices ni calculs. Dans le monde entier elle a bouleversé les publics et de grandes figures telles Maria Bethania, Charles Aznavour, Paulhino Da Viola ou Placindo Domingo se sont inclinés devant son talent et son intégrité. Chez Katia Guerreiro rien ne s’interpose entre la vérité des sentiments et son chant. Aucun caprice de l’ère du temps ne modifie sa trajectoire, mais ses choix ne s’en figent pas pour autant dans des options passéistes ou convenues.

Bien au contraire Sempre se réfère à la révolution, celle des œillets qui en avril 1974 mit fin aux 41 ans du régime militaire que Salazar imposa à son pays. Ce dixième album de la fadiste est le fruit d’une collaboration avec José Mário Branco. Auteur-compositeur et arrangeur emblématique de l’opposition à la dictature, dont les arrangements de la chanson de José Afonso « Grândola, Vila Morena » ont accompagné le déclenchement de la Révolution des Oeillets. Par la suite José Mário Branco a accompagné d‘incontournables chanteurs portugais tels Fausto, Amelia Muge ou Carlos do Carmo.

Alors qu’il s’était pratiquement retiré de la vie publique, José Mário Branco s’est engagé auprès de Katia Guerreiro aux commandes de Sempre.. Il en signe la production et la direction artistique et offre deux joyaux de compositions : Fora de Cena sur des vers de la comédienne et poétesse Manuela de Freitas et de Vem, que Katia a écrite en hommage à son fidèle guitariste João Mário Veiga.

Outre Manuela de Freitas auteur de deux autres inédits (Na Volta et la chanson titre) d’autres grandes plumes sont associées à cet album Fernando Campos de Castro pour De Ti Direi Apenas, Helder Moutinho , le frère des chanteurs Camané et Pedro Moutinho (Distante) ou encore José Rebola, du populaire groupe originaire de Coimbra Anaquim pour Quem Diria où Katia Guerreiro partage le micro avec José Mário Branco.

Finement orchestré, Sempre bénéficie des concours d’instrumentistes hors pairs. Pedro de Castro et Luis Guerreiro se partagent les parties de guitare portugaise, héritière du cistre au son cristallin emblématique du fado, Francisco Gaspar est à la basse acoustique et la guitare rythmique est aux mains de André Ramos et de João Mário Veiga, qui accompagne Katia depuis ses débuts.

Quant au chant de Katia, il est épuré mais spontané, libre et sensible, et plus que jamais, il nous touche en plein cœur.

Sempre, qui témoigne de la communion d’esprit de deux astres éclairants, est un évènement qui marque l’histoire du fado contemporain.

Albums

  • live Olympia, Katia Guerreiro, 2013

    Live at the Olympia

    2013

  • Fado Patrimonio de Katia Guerreiro, 2012

    Património

    2012

  • Os Fados do Fado de Katia Guerreiro, 2010

    Os Fados do Fado

    2010

  • Fado, Katia Guerreiro, 2008

    Fado

    2008

  • Tudo ou Nada de Katia Guerreiro, 2005

    Tudo ou Nada

    2005

  • Nas Maos do Fado de Katia Guerreiro, 2003

    Nas Mãos do Fado

    2003

  • Fado Maior de Katia Guerreiro, 2001

    Fado Maior

    2001