Jazz

Antoine Boyer & Yeore Kim

« Attention, prodige ! » Télérama

« Un superbe guitariste » Alex Duthil – Open Jazz – France Musique

« Entre flamboyances manouches et saveurs classiques, Antoine Boyer promène son talent sans frontières ni oeillères, s’affirmant de jour en jour comme un des guitaristes les plus inspirés de sa génération. Le jeune virtuose balaie les répertoires, revendiquant son éclectisme et développant une « patte » de compositeur déjà sacrément trempée. Maturité de l’expression, perfection de l’articulation, sens du timbre… Un bonheur ! » Guitare Mag

Album Caméléon Waltz 4**** Jazz Magazine

« Jonglant selon les morceaux entre instruments électriques et acoustiques, le jeune musicien, 21 ans, fait élégamment sonner les cordes et les bois, sait user de tous les timbres disponibles à la fois » La Croix

Spectacle disponible 2020/2021
-« Antoine Boyer et Yeore Kim duo »

Nouvelle collaboration depuis l’été 2019 pour le jeune guitariste de renom Antoine Boyer qui s’associe avec brio à Yeore Kim harmoniciste incroyable venue de Corée.

Antoine Boyer et Yeore Kim forment un duo atypique dans un répertoire composé de standards de jazz, de pop et de compositions personnelles. Leur deux instruments s’accordent dans un style qui leur est propre, laissant une très large place à l’improvisation, mêlant leur personnalité aux influences de musiciens tel que les Beatles, Django Reinhardt, Toots Thielemans et bien d’autres…

Antoine Boyer, disciple de maîtres tels que Mandino Reinhardt et Francis-Alfred Moerman, boit dans les sources les plus authentiques du jazz manouche avec qui il enregistre en 2009 son premier CD-DVD plébiscité par la critique française et américaine (Jazzman, Vintage Guitars). ). Antoine a également interprété les œuvres de Francis-Alfred Moerman lors de concerts hommage au festival Angers Gypsy Swing en 2010, ainsi qu’au festival Django Reinhardt (Samois) en 2011.

Le deuxième CD d’Antoine Boyer, Leské («pour lui», en langue sinti) a reçu plusieurs prix, parmi lesquels «Bravo» de Trad’Mag. En 2011, suite à l’accident nucléaire de Fukushima au Japon, Antoine Boyer a organisé un concert à Bruxelles dans le but de récolter des fonds pour Act for Japan. À la suite de la sortie de son troisième disque, Sita, récompensé par le magazine Jazzman comme « Revelation », Antoine Boyer a été choisi comme « Revelation 2012 » par le magazine Guitarist Acoustic. Il est le premier guitariste de jazz manouche à recevoir cette distinction très recherchée.

Antoine Boyer a été l’invité vedette de la plupart des principaux festivals de jazz manouche en Europe et aux États-Unis et a partagé la scène avec des musiciens de renom tels que Philip Catherine, Angelo Debarre, Stochelo Rosenberg, Christian Escoudé, Raphaël Faÿs, Tim Kliphuis, Jon Larsen. Adrien Moignard, Robin Nolan et Paulus Schäfer.

Plus récemment, Antoine a étudié la guitare classique avec Gérard Abiton à Paris. Il est le lauréat du concours de guitare classique de Montigny 2015. Antoine a été nominé « Révélation Guitare Classique 2016 » par le magazine français Guitare Classique.

Antoine Boyer et le guitariste de flamenco Samuelito ont remporté le « 4ème European Guitar Award » à Dresden, en Allemagne, en 2017. Depuis, ils ont enregistré leur premier album «Coincidence» et sont en tournée dans le monde entier. En janvier 2019, Antoine et Samuelito ont tous deux rejoint la troupe de l’International Guitar Night pour une tournée aux États-Unis et au Canada, pour une tournée de deux mois aux États-Unis et au Canada.

En mars 2018 Antoine Boyer sort Caméléon Waltz où il nous donne la clef de sa démarche; on sait que l’une des particularités du caméléon est sa capacité à changer de couleur en fonction de ses émotions. Ici c’est de guitare qu’Antoine va changer au fil des douze pièces courtes et denses de ce disque en solo absolu (exercice périlleux sans re-recording): guitare cordes nylon sur quatre morceaux, guitare cordes acier ou guitare électrique jazz sur chacun des quatre autres, trois types de guitare qui font également écho aux trois temps de la valse. Antoine alterne six relectures éclectiques témoignant de son ouverture musicale (allant des Beatles à Scarlatti en passant par Paul Simon ou Pat Martino) auxquelles il imprime sa marque par des arrangements tout à fait originaux, et six compositions personnelles très écrites, d’une grande fraicheur d’inspiration. Six en majeur et six en mineur, moitié en binaire et moitié en ternaire. Rien d’ésotérique cependant dans cet équilibre quasi parfait mais une démarche très pensée visant à l’exploration des possibilités sonores de chacune des guitares utilisées.
Mêlant simultanément accords et mélodie, arpèges et jeu au médiator, Antoine explore dans toutes ces pièces le côté polyphonique de la guitare, dont il joue comme un pianiste (pas étonnant qu’il adore Bill Evans dont il reprend We will meet again et auquel il dédie Waltz for Bill), en combinant les plans rythmique, mélodique et harmonique; une approche qui donne aussi son unité à l’ensemble. Si Antoine est un orchestre à lui tout seul il privilégie avant tout la précision de la note et la musicalité de l’ensemble. Ces douze méditations exigeantes, par-fois empreintes de gravité, alternant fulgurances dénotent une intériorité et une intensité rares chez un musicien si jeune.

Antoine tourne actuellement principalement en duo avec Samuelito avec lequel il enregistre actuellement un second album très attendu.

Albums

  • Caméléon Waltz

    2018