Afrobeat, Jazz

Magic Malik Fanfare XP Afrobeat

Résidence Dynamo de Pantin Décembre 2020

Le flûtiste aux grandes antennes aime tant expérimenter qu’il truffe de “XP” les noms de ses formations. Il a imaginé la dernière en date comme une plateforme, un lieu d’expression accueillant les rêves de chacun de ses membres, neuf talentueux musiciens de la nouvelle génération aux origines et influences variées. Et il l’a centrée sur l’afrobeat, pris dans son acception la plus large, utilisant l’héritage de Fela comme les rythmes traditionnels camerounais ou créoles pour construire une modernité commune, à la recherche d’une “Afrique-Oasis” réelle ou poétique. Une passionnante expérience qui a formé un groupe à la cohérence forte et aux envolées magiques.
Une résidence d’une dizaine de jours à la dynamo a permis à l’ensemble d’avancer dans les détails d’écriture et d’interprétation de cette musique en travaillant en tutti et en petits groupes.

La musique et la démarche de la plateforme Ka-Frobeat voudrait s’unir aux héritages de Fela Kuti, Gérard Lockel, Eugène Mona… qui nous parlent d’une musique qui s’inscrit dans le présent et qui place l’expression urgente au-dessus du consensus traditionnel sans pourtant vouloir le briser. Il ne s’agit pas de faire référence à l’esthétique et au fonctionnement de ces musiques, mais de se brancher sur leurs buts principaux : ouvrir des espaces de dialogues et d’expressions libérés. Rien n’est dit qui nous soit dicté. Magic Malik
____
Magic Malik : flûte,voix, Olivier Laisney : trompette, Mathieu Lasserre : saxophones, percussions, Oscar Emch : guitare, Mathilda Hayne s: guitare, Maïlys Maronne : claviers, Jean-René Zapha : basse, Maxime Zampieri : batterie, Julien Reyboz : son

Magic Malik (Malik Mezzadri) naît à Abidjan en Côte d’Ivoire et grandit en Guadeloupe où il apprend la flûte. A 17 ans, il rejoint la métropole, intègre le Conservatoire de Marseille et en sort avec un 1er prix de flûte. Il rejoint alors le groupe de reggae Human Spirit avec lequel il découvre l’improvisation sur scène et joue pendant 10 ans.

Parallèlement il multiplie les collaborations : avec Lio, Laurent Garnier et St Germain. Puis il rencontre dans des festivals le saxophoniste de jazz Julien Lourau et intègre en 1998 son groupe, le Groove Gang. En 2000, il fonde le Magic Malik Orchestra. A l’occasion de son 2e album, il entame une collaboration avec le saxophoniste américain Steve Coleman.

Depuis, Magic Malik collabore avec de nombreux artistes de la nouvelle génération : -M-, Camille, Bumcello, Air, Pierrick Pédron, Aka Moon, Claire Diterzi, le poète et slameur trinidadien Anthony Joseph et la chanteuse malienne Oumou Sangaré.

En 2017, il fonde la Fanfare XP, un rassemblement d’une quinzaine de musiciens autour d’une charte de composition musicale permettant d’explorer la composition et l’improvisation développés par Malik au cours de sa carrière : taléas-colors (décalages entre des phrases rythmiques et mélodiques), signatures tonales (monde harmonique développé par Malik), modes de Messiaen…
En 2019, il fonde le Jazz Association quintet. Wayne Shorter, Sonny Rollins, Thelonious Monk… Pour la toute première fois dans un parcours dense et éclectique qui va du M-Base à l’afrobeat, l’inclassable flûtiste s’attelle au répertoire du jazz moderne et met ses pas dans ceux des géants qu’il admire. À la tête d’une Jazz Association qui compte dans ses rangs le brillant trompettiste Olivier Laisney (Slugged, Oxyd, Gil Evans Paris Workshop…) et le pianiste feu follet Maxime Sanchez (récent finaliste de la Thelonious Monk Competition), Magic Malik joue cette musique qui l’a nourri et la revisite à sa façon, sans nostalgie et sans redite, avec son humour, sa fantaisie rigoureuse, et le souvenir d’Eric Dolphy et Booker Little dans un coin de la tête.

Magic Malik navigue entre jazz, pop, électro ou musique contemporaine. Son originalité, outre une technique peu commune, est son jeu exubérant et l’utilisation de nombreux cris et chantonnements dans sa flûte, appelé growl. À ce titre, il peut être considéré comme un héritier indirect de Roland Kirk.